Koyasan.jpg

Koyasan

Complexe religieux sacré du bouddhisme Shingon, situé dans un bassin alpin, Koyasan a été fondé par le grand prêtre Kukai, connu aussi sous le nom de Kobo Daishi (titre posthume, 774-835). Kukai est l’un des personnages les plus connus de l’histoire japonaise. Il est non seulement le fondateur de l’école du bouddhisme Shingon, mais aussi un poète, ingénieur et calligraphe. De plus, il a créé le syllabaire Kana de la langue japonaise. Koyasan est centré autour du Temple Kongobu-ji, construit en 816, et est divisé en plusieurs zones. L’entrée de ce site sacrée est marquée par un impressionnant portail de bois de 25.8 mètres de haut. Danjogaran est le centre religieux de Koyasan. Le style unique de ce complexe religieux est basé sur la doctrine Shingon, et a exercé une très grande influence en tant que modèle architectural pour plus de 4000 temples Shingon à travers le Japon. Le sanctuaire de Kongosammai-in est situé à 1km au sud-est de Danjogaran et est le site de la plus vieille pagode ésotérique, la première de ce type au Japon. Cette pagode mesure 14.9 mètres de haut et est basée sur le modèle du stûpa indien; un exemple représentatif des pagodes ésotériques construites dans la période médiévale japonaise. Le sanctuaire d’Okuno-in est situé à 3km à l’est de Danjogaran. Il est dit que Kukai accéda, à cet endroit, à un plan suprême de méditation, en attendant l’arrivée du Bouddha du futur. En ce lieu, plus de 300 000 tombes sont maintenant densément distribuées sous des arbres vieux de 500 ans, créant une atmosphère spirituelle et un espace profondément religieux.


Haut de la page